LA FAUP du VERCORS ( Fédération des Amis et Usagers du Parc)

 « L'année 1970 s’ouvre, et nous vous souhaitons à tous le meilleur de ce que vous puissiez désirer.

L’année 1970 verra peut-être la création de ce P.N.R du Vercors si les populations concernées sont d’accord pour le construire. C’est un vœu qui nous est cher.

Nous pensons que les agriculteurs du Vercors sont les premiers usagers du Par cet qu’il convient qu’ils soient largement représentés au sein et à la tête de Vercors Nature.

Dans ces conditions sera possible l’unité d’action efficace de la future Association des Amis et Usagers du Parc prévue par nos statuts et dans la Charte, et réunissant ruraux et citadins. ». Bernard SALOMON (Président Fédéral de Vercors Nature), R. BECK (Président Isère), J.BELLON (Président Drôme).

 Ainsi s’exprimaient les présidents citadins de Vercors Nature dans leurs vœux de bonne année 70. Le 16 Octobre 1970, le décret portant création du Parc Naturel Régional du Vercors était publié. Le 15 Mai 1971, l’Association des Amis du Parc Naturel Régional du Vercors était crée. Dans la foulée, Jean Faure était élu 1er président en tant que « secrétaire et délégué de l’APAP.

 En 1974 l’association devient Fédération.

Il y a presque 40 ans commence une histoire sur laquelle, en se retournant, on peut esquisser trois périodes :

 1971-1985 : C’est la FAUP toute puissante à qui le Parc délègue toutes les actions d’animation et de communication, y compris agricoles. Un directeur, une secrétaire, des animateurs permanents ou sur opérations. La responsabilité du journal du Parc, les Maisons du Parc, les actions culturelles etc.

 1986-1999 : Lente régression d’activité et de représentativité, orchestrée en partie par la FAUP elle-même.

C’est la FAUP qui propose et monte le CPIE Vercors à qui sera déléguée une partie des animations. Mais il y a aussi des obligations légales qui naissent pour les collectivités qui amèneront un changement de gestion des Maisons du Parc, l’APAP a pris son envol, etc, etc, sans s’attarder sur les changements politiques…La FAUP n’a plus de salariés et maintient péniblement une action militante de vigilance.

 1999-2010 : Le collectif qui s’était monté pour lutter contre les aménagements et projets Grands Goulets réinvestit la FAUP et retrouve quelques couleurs d’animations et de participation statutaire. Ce sera le travail d’écriture de la charte du Parc sous la présidence d’Yves Pillet en 2006-2007 qui relancera les mécaniques, avec une année 2010 (sous la présidence Parc de Danièle Pic) qui concrétise cette seconde jeunesse.

 La FAUP reste ce qu’elle a presque toujours été et qui est ainsi mentionné dans la charte : "Partenaire ayant un rôle de proposition à l’égard des instances du Parc cet de vigilance concernant l’application et la mise en œuvre de la charte ". À ce titre nous siégeons, comme l’APAP, le CPIE et le Conseil Scientifique au Bureau et Comité Syndical du Parc, avec voix consultative.

Et pour la première fois depuis près de 20 ans, deux conventions viennent d’être signées redonnant quelques moyens à la FAUP : l’une de fonctionnement incluant la mission d’animation du réseau des ambassadeurs pour un montant de 7500 €, et l’autre pour un projet d’animations expérimentales avec les jeunes du Vercors portant sur leur rapport à la nature et ceci en partenariat avec le CPIE.

Cette nouvelle donne nous a permis d’engager un travail de restructuration de la FAUP pour être à la hauteur des enjeux de cette seconde jeunesse.

 François Brunsvick pour la FAUP

IMG_6180